Micros-Communs de Proximité: exemples et bonnes pratiques

De LocalVox_Wiki
Révision datée du 14 juillet 2018 à 09:23 par LocalVox (discussion | contributions) (Page créée avec « ''Cette page développe des exemples et bonnes pratiques de Micros-Communs de proximité suite à diverses questions débattues dans la page [http://www.localvox.net/index... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Cette page développe des exemples et bonnes pratiques de Micros-Communs de proximité suite à diverses questions débattues dans la page Catégorie : Communs de proximité. On y trouvera des suggestions et des réalités concrètes et vécues autour de Tables citoyennes.

N'importe quelle initiative ?

Est-ce que Notre Commun, c'est n'importe quelle initiative qui se passe dans notre coin, ou faut-il des critères ?

<quote> C’est ce qui appartient à tous ceux qui sont impactés par l’ « objet » : mémoire, action pour le bien-être/bénéfice de la « commun…auté », etc. Tout ce qui entraine la notion de « partage » ou co-quelque chose (co-existence, co-implication, co-participation, co-….) bref tout ce qui devient « commun » … dans le sens figuré de « banalité » </quote>

<quote>

  • Surtout pas. Pour établir un commun, il y a nécessité d’une ressource locale bien délimitée juridiquement (1) à acquérir ou créer ; (2) ou existante ; (3) ou disponible et à localiser au bénéfice de tous et chacun des communers.
  • Les ressources peuvent être (1) soit privatives : si un communer l’utilise, elle n’est plus disponible aux autres : par exemple, nombre de bêtes au pâturage ; (2) soit libres : aucune utilisation n’entame la ressource : par exemple, l’énergie naturelle du territoire, l’information, les connaissances … un mix optimum est toujours possible.
  • Il est relativement simple et peu coûteux de créer un commun local de la connaissance, basé sur la valorisation de la ressource par le processus de sérendipité.
  • Ne jamais oublier que nous sommes membres d’un commun ; pas adhérent, pas associé ; et c’est le foyer qui est membre, pas les individus, même si le foyer ne se compose que d’une seule personne.

5/ L’avenir des communs existe : (1) celui de l’économie de la connaissance, ressource pratiquement illimitée ; (2) celui de la gradation de l’énergie naturelle locale ; (3) celui de la valorisation de la ressource en eau locale. Il est brillant, s’il est humain. </quote>


Ex nettoyage d'une rivière ?

Par ex, nous avons nettoyé la rivière qui traverse le village… C'est un Commun çà dès qu'on fait des choses à plusieurs pour l'environnement ?

<quote>

  • En pratique, le problème n’existe pas : soit il s’agit d’un cours d’eau de 1ère catégorie et la limite des propriétés riveraines est l’exact milieu de l’eau ; pour faire n’importe quoi sur la propriété d’autrui, tu as besoin de son autorisation : il faut savoir qui est responsable en cas d’accident ; soit il s’agit d’un cours d’eau de 2ème catégorie et le cours noyé fait partie du domaine public de l’État : afin d’assurer l’entretien ou quelque intervention, tu as besoin de l’autorisation de l’administration des Eaux et Forêts.
  • Reste le problème des embâcles. La France fût, dès le Moyen-Âge, le royaume de la rareté de l’énergie domestique ; nous pouvons affirmer que le bois emmené par les crues des rivières n’avait pas le temps de moisir jusqu’en 1950 sans risque de trop se tromper. Le bois des crues formait embâcle dangereuse au passage des ponts : pas de traces que la responsabilité des riverains ait été mise en cause par les Ponts et Chaussées … chez nous, il s’agit de phénomènes centennaux.
  • Puis celui des droits de pêche : la ressource halieutique peut faire partie des communs : cas des étangs et des droits de pêche des riverains de cours d’eau de 1ère catégorie. Nôtre village dispose d’une rivière à truite : un des membres de la section se chargeait de la pêche au filet la nuit en cas de commande : hôtels ou fêtes de famille … cette activité procurait un revenu en argent non négligeable à son foyer ; pour fixer les idées … quelque chose comme 100 € par nuit de pêche : cette activité à pris fin lorsque la pêche au filet fut interdite en rivière. Toutes les maisons du village disposaient de filets de pêche et de balances à écrevisse.
  • En pratique, tous les villages ou hameaux riverains de la rivière hébergeaient 1 ou 2 pêcheurs qui cueillaient la ressource halieutique commune sans agresser le consensus général. Je n’ai pas trouvé le terme d’eaux vaines comme existe celui de vaine pâture, mais c’est cette logique qui est en œuvre. Il existe un traité assez immense paru au 18ème siècle qui recense toutes les pratiques coutumières rurales du royaume ; il comporte le droit prétorien qui limite ou généralise la coutume locale : j’ai perdu les références à la BN. Village : agglomération avec église ; hameau : agglomération sans église.

</quote>


Commun près de chez moi ?

C'est quoi un autre exemple de Commun, près de chez moi ?

<quote>

  • Les exemples historiques sont nombreux : puits, aménagement d’une source, presbytère, église, four, maison d’assemblée multifonctionnelle (école, réunion, fêtes), moulin, carrière, mine, gravière, sablière, forêt (bois de chauffage et de construction), surface de parcage des animaux de passage (couderc, en Gévaudan), canaux d’irrigation, pâturages d’été (montagne), logement d'un salarié ou d'un compagnon.
  • Fonction assez générale de biens communs : ils servent de sas pour attirer les compétences rares, le curé, l’instituteur, le soignant, mais aussi le forgeron ou le charpentier, le berger ou l’ouvrier agricole … ou simplement l’époux d’une fille célibataire.

</quote>

<quote> Par des acteurs locaux à Brest. Cela donne une idée de l'état actuel de prise de conscience de la participation à un commun.

commun] </quote>


Q1

Cela signifie quoi, l'Avenir de notre Commun ?

<quote> </quote>


Q1

Cela change quoi au quotidien d'avoir un Commun près de chez moi (vie sociale, économique, mobilité, qualité environnement…) ?

<quote> </quote>


Q1

Un Commun… faut y consacrer combien de temps ?

<quote> </quote>


Q1

Qu’apporte la qualité de membre de notre commun ?

<quote> </quote>


Q1

Que me rapporte la mise en valeur de notre commun ?

<quote> </quote>


Q1

Si on s'occupe de notre Commun… faut-il le créer avec une assoc, un collectif et le droit là dedans, si on doit aller en justice par ex ? Peut-on gérer notre Commun par internet ?

<quote> </quote>


Q1

Qui est propriétaire en définitive de notre commun ?

<quote> </quote>


Q1

S'il y a des dépenses pour notre Commun… comment faire ?

<quote> </quote>


Q1

S'il y a des produits provenant de notre Commun… comment les partager ?

<quote> </quote>


Q1

Notre Commun pourrait-il aider nos vieux, ou faire se rencontrer les générations ?

<quote> </quote>


Q1

La commune, mon entreprise, notre assoc de commerçants, d'artisans… sont-ils concernés par notre Commun ?

<quote> </quote>


Q1

Avec notre Commun, est-ce que notre village, notre quartier, notre vallée… sera mieux connu… (notoriété) pour attirer les touristes, faire venir les entreprises, maintenir nos jeunes… ?

<quote> </quote>


Q1

Si je ne suis plus d'accord pour m'occuper du Commun… comment puis-je sortir ?

<quote> </quote>


Q1

Cela veut dire quoi : Gouvernance de notre Commun de proximité ?

<quote> </quote>