Les Communs, Visions Partagées et Convergences Possibles

De LocalVox_Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Cette page est un travail en commun établi par les membres de la liste de discussion [Reseau-LocalVox]… en continuité avec les pages Local et Biens Communs au Quotidien - Communs de Proximité - Micros-Communs de Proximité: exemples et bonnes pratiques.

Définition du Dictionnaire[modifier]

   - A -
       1. Qui est le fait de deux ou plusieurs personnes ou choses.
       2. Qui appartient à un grand nombre ou à une majorité de personnes ou de choses.   
       3. Qui est propre ou incombe à un ensemble donné.
               a) Qui réunit en un tout les éléments d'action sur lesquels s'est établi l'accord d'un ensemble considéré.
               b) Qui s'applique, qui appartient ou incombe à toutes les personnes ou à toutes les choses d'un ensemble considéré.
   - B -
       P. ext. Qui est répandu dans le plus grand nombre de lieux, chez le plus grand nombre de personnes.

Les Visions de chacun[modifier]

Jacques

  1 : Je ne peux considérer automatiquement comme appartenant aux Communs le fait pour une assoc d'agir autour de la bicyclette, ou de se référer à l'économie sociale et solidaire…
   Il ne faudrait pas que les Communs deviennent de l'attrape-tout ou du charabia comme c'est devenu le cas pour le développement dit durable ou soutenable…
   Rien qu'en se référant à la définition de Brest Les biens communs, ou tout simplement communs, sont des ressources, gérées collectivement par une communauté, celle-ci établit des règles et une gouvernance dans le but de préserver et pérenniser cette ressource.
   Cela permettrait au moins d'élaguer sérieusement :)
   Ce serait bien de compléter cette définition de Brest par les enseignements de l'expérience et des analyses de Bernard, qui plongent très concrètement les communs dans l'histoire locale de communautés humaines…
  
  2 : Je ne peux pas considérer un bien, un service comme un Commun, s'il n'y a pas une véritable communauté active, un modèle économique précis (dont le don, le partage…) et une création de valeur collective avec des retours précis envers un territoire via les habitants, usagers, clients du Local / Proximité.


Gabriel

   C’est un quidam qui essaie d’apporter un élément de sa compréhension… pour répondre à ta question, Jacques, : « Où sont les autres mots "accompagnateurs" pouvant aider notre Quidam à un peu d'attention envers le sujet ? » c’est bien en tant que « quidam » que je te répondrai… Ce qui me ferait apporter plus d’attention est la notion « d’appartenance », et « d’identité »…. Nous sommes le prolongement de nos « aïeuls » et ce qu’ils ont acquis ou défendus, doit rester dans notre « conviction », nous appartenir… Pas seulement le QUOI, mais le POURQUOI nous permettra de mieux nous approprier le « COMMENT ».
   Ce ne sont pas les intellectuels qui nous expliquerons que cela n’est pas un de nos Communs qui nous intéresse, mais ceux qui nous « racontent » les milles et une petites histoires qui font que ce « Commun » nous appartient comme un « Commun » communautaire (ex : pourquoi commère-t-on la Libération de la Garde avec celle du Coudon et du Faron ?... – alors qu’à côté, ils n’ont rien à cirer de ces dates commémoratives et ces historiettes anecdotiques -.. peut-être parce que durant ces journées, certains enfants de La Garde y étaient présents, et ont rapportés d’année en année, une touche de folklore local à la petite Histoire de la Grande ?

Bernard

   Ne jamais oublier que le commun est une manière de posséder comprise entre bien privés et biens publics ... donc qui repose sur des droits de propriété qui font partie des droits individuels garantis par les règles constitutionnelles.
   Les membres d'un commun sont forcément les individus qui détiennent des droits de propriété sur ces biens communs : le droit d'usage fait partie du faisceau de droits de propriété.
   Je connais des communs assis sur des biens immobiliers ... mais il ne me paraît pas difficile de concevoir des communs assis sur des biens mobiliers.
   À mon avis, nous devons évaluer tous les statuts afin de savoir leur donner une forme "commun"

Les Convergences possibles[modifier]

  1. Partons de la définition de Brest : Les biens communs, ou tout simplement communs, sont des ressources, gérées collectivement par une communauté, celle-ci établit des règles et une gouvernance dans le but de préserver et pérenniser cette ressource. 
  2. A suivre… Un Commun nécessite :
      => Véritable communauté active, modèle économique précis (dont le don, le partage…), création de valeur collective avec des retours précis envers un territoire via les habitants, usagers, clients du Local / Proximité.
      => Liens : appartenance / identité / conviction / anecdotes
      => 3 types de Communs
        - les biens
        - les services
        - les données (en particulier numériques)
      => Compris entre bien privés et biens publics
      => Ce sont les individus qui détiennent des droits de propriété sur ces biens communs, dont le droit d'usage.
  3. Evolution de la définition initiale : Les biens communs, sont : des ressources collectives (biens, services, données), gérées en partage par une communauté active d'individus détenant des droits (entre privés et publics). Celle-ci, expression de liens d'appartenance / identité / conviction / anecdotes, établit des règles économiques et sociales précises, une gouvernance (par ex au consensus) dans le but de préserver, pérenniser cette ressource avec partage équitable, en veillant à une création de valeur collective avec des retours envers le territoire local concerné via les habitants, usagers, clients de proximité.